Le Messie

La version mozartienne d’un chef-d’oeuvre de Haendel – sur instruments d’époque
Dès sa création en 1742 à Dublin, Le Messie de Haendel est un succès. Loin des versions titanesques que l’œuvre connaitra lors des reprises londoniennes, la version de Dublin dans sa fraicheur et sa légèreté, rend compte avec sincérité de l’inspiration puissante de Haendel qui composa l’œuvre en 3 semaines. La place prépondérante des chœurs, soutenus par un orchestre essentiellement composé des instruments à cordes, fait de cette version d’origine une grande fresque chorale, à la fois délicate et nuancée, où l’énergie et la puissance ne sont pas absentes.

En mars 1789 Mozart s’empare de la partition de Haendel et pare Le Messie de nouvelles couleurs orchestrales en introduisant des parties de vents supplémentaires, en mariant la langue de Goethe aux phrasés haendéliens, et en remplaçant quelques arias jugées trop datées par de brefs et théâtraux récitatifs. S’appuyant sur un orchestre beaucoup plus fourni que la version de Dublin, Mozart ne sollicite que 12 choristes lors de cette version viennoise ; un chœur de chambre donc, dont les récurrences s’intègrent avec subtilité aux interventions élargies des parties solistes.

PROGRAMME : Georg Friedrich Haendel / Wolfgang Amadeus Mozart, Le Messie K 572

 

DISTRIBUTION

Heather Newhouse, soprano
Anthea Pichanick, mezzo-soprano
Mathieu Chapuis, ténor
Paul-Henry Vila, basse

Chœur et Orchestre du Concert de l’Hostel Dieu
Franck-Emmanuel Comte, direction

Informations sur le projet
  • Ensemble : Le Concert de l'Hostel Dieu
  • Rôle : direction